Précocité pubertaire et perturbateurs endocriniens

0

Modifications à travers le temps de l’âge de la puberté

Pendant plusieurs siècles, une avance de l’âge de la ménarche a été observée dans les pays industrialisés (en Europe et aux États-Unis) et attribuée à l’amélioration des conditions de vie, de l’état de santé et du statut nutritionnel. Passant de 17 ans au début du XIXe siècle à 13 ans au milieu du XXe siècle, l’âge de la ménarche semble s’être stabilisé par la suite. Depuis les années 1990, on observe une avance continue de l’âge de démarrage pubertaire avec une relative stabilité de l’âge de la ménarche.

L’incidence des pubertés précoces et des pubertés avancées augmente tout particulièrement chez les filles depuis une vingtaine d’années. L’amélioration des conditions socio-économiques durant cette période ne peut pas l’expliquer à elle seule et l’implication de facteurs environnementaux tels que les perturbateurs endocriniens de l’environnement (PEE) est démontrée même si les mécanismes restent très complexes à étudier [1].

Puberté normale et puberté pathologique

La puberté représente l’ensemble des phénomènes physiques, psychiques, mentaux et affectifs qui caractérisent le passage de l’état d’enfant à l’état d’adulte.

Le démarrage de la puberté est dû à une réactivation de l’axe gonadotrope après une longue phase de quiescence et se traduit par la mise en place d’une activité pulsatile des neurones à GNRH au sein de l’hypothalamus et l’élévation progressive des gonadotrophines. Cette activation entraîne le développement des caractères sexuels secondaires : développement[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pédiatre endocrinologue, Cabinet BLM, Lambersart.

Laisser un commentaire