Auteur Bartaire P.

Pédiatre endocrinologue, Cabinet BLM, Lambersart.

Revues générales
0

Des pubertés précoces sont observées de plus en plus fréquemment et, dans un grand nombre de cas, aucune cause organique n’est identifiée. L’influence de facteurs environnementaux sur l’avancée des signes pubertaires est fortement suspectée. Les effets possibles des perturbateurs endocriniens environnementaux (PEE) sur la santé sont multiples et constituent un sujet de préoccupation nationale avec la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens reconduite en 2019 (SNPE2). Cependant, leurs mécanismes d’action sont particulièrement complexes à étudier et encore très incertains.
Grossesse, enfance et puberté sont des périodes de vulnérabilité à l’exposition aux PEE et devraient faire l’objet d’une attention particulière de la part des professionnels de santé.
La précocité pubertaire est aussi un signe d’appel clinique qui nous informe plus largement de la sensibilité de l’appareil génital féminin aux perturbateurs endocriniens environnementaux.