THM : dernières études et nouvelles recommandations internationales

0

Une génération de femmes a été privée de prise en charge au moment de la ménopause.

L’interprétation abusive de la WHI, une étude publiée aux États-Unis en 2002 [1], la campagne médiatique qui présageait celle que les gynécologues ont vu s’abattre sur eux par la suite (“pilule”, Androcur, Essure et plus récemment tissus prothétiques) ont sonné le glas du traitement hormonal de la ménopause (THM). En 2002, près de 2 millions de femmes étaient traitées. Elles n’étaient plus que 500 000 en 2017 (source :
Dr Alain Tamborini).

En 2019, le problème doit se poser différemment. L’espérance de vie des femmes en France n’a cessé d’augmenter en ce début du xxie siècle : fin 2017, elle était de 85,4 ans. Mais encore faut-il que ces années vaillent la peine d’être vécues ! Tous, en France et dans le monde, insistent sur la nécessité de favoriser la qualité de vie pendant cette période et cela passe par la prise en charge de ces femmes, non pas tant sur un mode thérapeutique mais surtout sur un mode préventif. La question n’est donc plus “THM, pour ou contre ?” mais comment, grâce à la prévention, assurer une prise en charge globale de la femme autour de la cinquantaine.

Après les tumultueuses années qui ont suivi la parution de l’étude WHI aux États-Unis, après plus de 15 ans d’“errance”, de contre-vérités relayées par les médias, l’avenir semble s’éclaircir. Depuis peu, des études internationales ont remis les choses au point. La France n’est pas en reste après la publication des études E3N [2], ESTHER [3], CECILE [4], toutes reconnues par les experts internationaux… mais contestées par la Haute Autorité de Santé (HAS) [5]. Nul n’est prophète en son pays !

La ménopause

La ménopause se définit comme l’arrêt des sécrétions ovariennes par épuisement du capital folliculaire survenant entre 45 et 55 ans. Le retentissement clinique de la carence estrogénique se fera soit à court terme, soit à long terme. À court terme, l’arrêt des règles pourra[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Cabinet de Gynécologie, BOULOGNE.

Laisser un commentaire