Y a-t-il encore une place pour le traitement par SDHEA ?

0

Le sulfate de déhydroépiandrostérone (SDHEA) est un androgène produit majoritairement par la zone réticulée de la surrénale où a lieu la sulfatation. Il existe aussi, au niveau de l’ovaire, une sulfatase au niveau des cellules de la granulosa permettant la conversion du SDHEA en déhydroépiandrostérone (DHEA) [1]. C’est l’androgène majoritaire chez la femme et il contribue à 90 % de la production d’estrogènes chez la femme ménopausée. La DHEA a une faible action androgénique, seules la testostérone et la dihydrotestostérone (DHT) pouvant se lier au récepteur des androgènes et l’activer. La DHEA est convertie en périphérie en testostérone et DHT, la testostérone pouvant ensuite être aromatisée en estradiol (fig. 1). La DHEA joue un rôle dans l’initiation à la puberté : c’est l’adrénarche. Elle diminue avec l’âge, à partir de 25 ans et jusqu’à la ménopause [1].Sur le plan de la folliculogénèse, les androgènes sont maintenant [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Endocrinologue, PARIS

Laisser un commentaire